logo

Une agence au service de votre réussite dans le digital

19 rue Girard 93100 Montreuil
France
mbote@atalaku.agency

Atalaku Agency

Retour sur la FIFA eWorldCup 2018 : la coupe du monde des jeux vidéo

Après sa première édition en 2004, la FIFA eWorld Cup est la compétition mondiale de jeux vidéo version football. Elle est organisée sous l’égide de la FIFA en collaboration avec l’éditeur Electronic Arts. Les qualifications ont lieu via le mode en ligne du jeu FIFA. Cette année, 32 joueurs dont 16 sur XBOX et 16 sur PS4 ont été sélectionnés pour participer à la compétition qui s’est tenue à Londres en Angleterre du 2 au 4 août 2018.

Une compétition corsée
Les gamers occasionnels d’un soir n’avaient logiquement pas leurs places dans cette compétition. Les qualifications ont mis aux prises 20 millions de joueurs provenant de 60 pays à travers le monde. Elles se sont déroulées de novembre 2017 à Juin 2018, quelques jours avant le début du Mondial Russe. Les qualifiés s’affrontent chacun dans leurs groupes respectifs jusqu’à faire émerger un seul joueur. Le meilleur sur X-Box affronte celui de la PS4 en aller-retour sur les deux consoles.

Des Africains inaperçus
A force de constamment en parler, on risque de paraître pour des nuls qui font du bruit pour avoir une place au nom de la parité ou de l’égalité. Mais les pays africains n’ont pas brillé dans les qualifications accéder à la phase finale. Un groupe de fans zimbabwéens avaient bel et bien tenté de se qualifier au Global Series, les Play-offs tamisant les 32 heureux élus mais sans succès. Seul l’Afrique du Sud, a pu participer aux Play-offs réunissant les 128 meilleurs joueurs du monde sur X-BOX et PS4. Un exploit non-négligeable qui n’a pas toutefois pas suffit.

Thabo Moloi surnommé Yvng Savage
Ce garçon de 16 ans a d’abord commencé à jouer pour le plaisir. Une passion difficile à vivre. Ces parents les premiers voyaient d’un mauvais œil la concentration qu’il vouait à la PS4.

Lorsque le VS GAMING, compétition certifiée par la FIFA qualificative pour la eWorldCup est organisée à Johannesburg, son but n’est pas vraiment d’aller en coupe du monde mais de gagner l’un des cash prize mis en jeux allant de 3.000 à 32.000$ pour les 16 premiers.

Son entrainement et sa passion se révéleront payants. Il bat près de 512 adversaires sur PS4 et remporte la compétition ainsi que le Grand Prix de 400.000 rands soit près de 32.400 $. Un succès qui fera tourner la tête du gamin de 16 ans qui en oubliera presque, qu’il était qualifié pour les Play-offs de la Coupe du monde. S’en rendant compte plusieurs jours plus tard, ses démarches pour obtenir le premier passeport de sa vie ne seront pas suffisamment rapides pour le permettre d’effectuer le déplacement d’Amsterdam aux Pays-Bas.

Shiaan Rugbeer alias Shiaan 1201

Ce jeune homme de 19 ans est un vétéran de la X-Box. Sorti vainqueur de la VS Gaming de sa catégorie, il a également participé au FIWC Xbox 2017 au Qatar.

Classé dans un groupe de 5 avec quatre Australiens, il finira 3è avec 2 victoires, un nul et une défaite, insuffisants pour se qualifier pour les Play-offs. L’expérience l’aura malgré tout aguerri et c’est sans grande surprise qu’il s’imposera  au VS Gaming de Johannesbourg, se qualifiant ainsi pour les Global Series d’Amsterdam.

Privée de Moloi, la team 27 sera tout de même renforcée par deux autres joueurs. Kayo13 sur XBox et Julian Bianchi sur PS4 repêchés dans d’autres tournois qualificatifs.

Les Play-offs : Global Series

X-Box 
Shiaan Fait une belle entrée en matière en battant l’Argentin Kevin Assia par 8 buts à 6. Mais il aura moins de chances lors de son second match perdu 5 à 1 contre l’espagnol Losyoruguas. Son troisième match contre le français Herozia se soldera par une autre défaite 2 à 5. Alors qu’on pensait qu’il allait se ressaisir, Shiaan enchaînera les défaites lors des autres rencontres : 7 à 5 contre l’allemand Schwenker et 4 à 3 contre l’irlandais Rannerz.

Kayo13
Il sera assurément l’homme des cartons (en sa défaveur). Un match inaugural avec le maltais Kurt0411 qui lui flanquera un mémorable 10 à 1.

Puis à son second match contre le Britannique Jamboo, il réduira l’écart en ne s’inclinant que 10 à 2. Son troisième match contre un autre repêché, le brésilien Ribera Ribell sera une défaite moins salée 2 à 5 avant de finir sa piètre prestation devant le français Aero qui lui infligera un 8 à 2 sans appel.

 

PS4

Julian Bianchi

Repêché lors des « Saturday Last chance qualifiers » où il devait gagner 40 rencontres sans défaites en ligne tout en figurant parmi les 15 premiers, il fera une bonne impression lors de sa première sortie devant l’allemand Lukas qu’il bat sur le fil 4 buts à 3.

Il récidive lors de son deuxième match devant Hashtag Agge le danois, double champion du monde qu’il bat 9 à 5. Au cours d’une rencontre très disputée, Aaygun le néerlandais le bat in extremis 6 à 5. Sa deuxième défaite 5 à 3 face au brésilien Abrucio mettra un trait sur ses chances de qualifications au tour suivant. Une erreur bête de son gardien l’ayant conduit inutilement aux prolongations. Il perdra ses deux prochains matchs 8 à 6 et 5 à 2.

Aucun des trois représentants africains ne parviendra à gagner les 4 matchs minimum nécessaires pour passer à la dernière phase de groupe des Global Series. Une prestation que les intéressés mettront sur le dos du manque d’expérience d’une part et des conditions d’entrainement, fustigeant la qualité et le coût de la connexion en Afrique du Sud jugés défavorables pour du Gaming de haut niveau.

A titre d’exemple, à Amsterdam 50 Gb de data coûtent près de 5 euros alors que le même package vaut près de 80$ en RSA et 100$ en RDC.

Pro-gamer : un métier ?
C’est le rêve que caressent désormais les Gamers sud-africains après leur périple européen. La phase finale remportée par le Saoudien Mosaad Aldossary alias MSDossary illustre bien l’attrait financier et populaire autour du e-sport. Âgé d’à peine 18 ans, il remporte un prix de 250.000$.

Côté audimat même constat. La phase finale de la compétition a généré 29 millions de vues en ligne. La Finale du 4 août a enregistré une audience simultanée estimée à 322.000 sur 12 plates-formes numériques différentes. Il était également couvert par 19 diffuseurs, couvrant plus de 60 territoires différents.

Une preuve que le streaming commence à gagner du terrain. Une opportunité pour les entrepreneurs orientés dans ce secteur pour faire du broadcasting en direct ou en différé.

La récente démarche de Facebook pour diffuser gratuitement la Liga espagnole, en direct et en différé sur sa plateforme, pourrait rapidement s’étendre au e-sport.

Et en RDC ?
Il est à se demander ce qui reste aux gamers congolais pour se hisser au niveau des gamers sud-africains. Étaient-ils informés ? Pourquoi ceux vivant dans la diaspora n’ont-ils pas saisi les manettes pour représenter le 243 ?

Autant de questions sans réponses. Malgré une communauté assez importante même si moins connectée, la RDC ne pèse pas encore dans le e-sport mondial faute d’organisation dans le domaine. La plus grande compétition à ce jour et la plus rentable pour un gamer, ayant été celle organisée en août par PremierBet et pour laquelle le vainqueur a remporté un Grand Prix de 1.000$. Comparé aux 32.400$ du vainqueur du VS Gaming en Afrique du Sud, il n’y a pas match.

Pourtant, le potentiel existe mais l’encadrement ne suit pas. Espérons qu’avec le temps, des visionnaires pourront exploiter le filon du e-sport congolais est en faire le sport le plus populaire de la RDC.

Raptor

No Comments

Post a Comment

logo

Paris - Kinshasa

Top